Faire un herbarium avec les feuilles de mes plantes 

L’herbarium, ou herbier, est une collection de plantes séchées et aplaties destinée à des fins d’études en botanique et mycologie. Désormais devenu très tendance, arborant les murs de nos intérieurs dans de jolis cadres photos, l’herbier retrouve ses lettres de noblesse.

Constitués au fil des temps par des collectionneurs privés ou publics, il existe des herbiers dans le monde entier.
Le Musée national d’histoire naturelle de Paris qui compte environ 10 millions d’échantillons numériques est le plus grand du monde.

Alors comment fait-on un herbier ? Quels sont les codes à respecter et quelles plantes peut-on utiliser ?

Finalement, l’herbier se pratique sur tous types de végétaux, de la plante adventive dite communément « mauvaises herbes », aux plantes d’intérieur, en passant par les médicinales, les plantes d’exception…

Seules quelques plantes nécessitent des traitements particuliers comme les conifères, les plantes succulentes ou charnues comme les Iris, plus techniques et délicates à travailler en herbier.

Pour réaliser votre herbier, vous devez vous munir idéalement de feuilles de buvard pliées en deux, dans laquelle vous insérez l’échantillon de la plante ou à défaut d’un annuaire, en espaçant les plantes d’une vingtaine de feuilles.

Prenez le soin d’identifier et de numéroter chaque échantillon.

Ensuite, faites appel au système D pour trouver de quoi jouer le rôle de presse. Il est important que les plantes soient soumises à une pression suffisante pour aplatir totalement les échantillons. Plus le poids sera important, plus l’échantillon sera aplati.

blog

Ensuite, intervient la phase de séchage qui, selon les végétaux, varie de quelques semaines à quelques mois. Pendant cette étape, vérifiez et changez régulièrement les buvards jusqu’au séchage complet, au départ tous les 3-4 jours puis toutes les semaines. Veillez à conserver l’échantillon à l’abri de l’humidité pendant la période de séchage.

Une fois le séchage terminé, l’échantillon est prêt à rejoindre l’herbier. Il convient dès lors d’inscrire le nom latin de la plante, le genre et l’espèce, le nom du collecteur, la date et le lieu de la récolte avec parfois des précisions sur la couleur, le volume ou encore le port de la plante.

blog

Vous pouvez aussi opter pour un cadre photo et placer votre échantillon dans votre salon afin d’en profiter pleinement, comme un objet de décoration.

Cependant avec l’altération due à lumière et à l’humidité, les teintes peuvent s’estomper avec le temps. Les puristes collectionneurs préféreront donc une conservation en bonne et due forme de leur herbier, à l’abri de la lumière et de l’humidité.

blog